27.04.2009

L'homme aux mains d'or

Quand vous faites connaissance avec Joseph, il reconnaît volontiers qu'il est trop pudique pour bien parler de lui, mais demandez-lui de parler de son art ou bien de vous faire une démonstration de son savoir-faire, et il devient intarissable ! Et c'est donc un véritable travail d'art et totalement artisanal que vous allez découvrir à travers Joseph Corsini, 67 ans. Anciennement conducteur de travaux, suite à des problèmes de santé, cet homme de terrain, au hasard de rencontres passionnantes dans les années 90, découvre, apprend sur le tas et se perfectionne dans l'art de la vannerie. Son apprentissage a débuté avec deux bouts de bois et a fini en une oeuvre "grossière" mais déjà faite entièrement à la main ... et trois bonnes années plus tard, il se débrouille à merveille. Branches de châtaignier, de noisetier ou moëlle et éclisse de rotin ne lui résistent plus guère.

La vannerie est un art ancien puisque l'on a découvert les premiers objets de vannerie il y a plus de 10 000 ans. En France, la vannerie devient rare, même s'il reste quelques endroits où elle se pratique encore. On peut citer le village de Villaines-les-Rochers, en Indre-et-Loire, où la coopérative de vannerie, fondée en 1849, regroupe 70 vanniers, Le Boisle, dans la Somme, ou encore Fayl-Billot, en Haute-Marne où demeure la seule école de vannerie de France.

001.JPGBien que plus à l'aise dans son garage, au coin du feu, vous pouvez retrouver Joseph et ses confections sur Internet (www.corbeillesetpaniers.com) ou encore à la foire de Lézignan-Corbières où il fait volontiers une démonstration sous les yeux du public. Son travail ne doit rien au hasard. Le geste, longtemps appris, est sûr. La main guide le cutter le long des branches et le genou sert d'appui au cintrage de celles-ci.

Joseph fabrique au gré de son envie, de ses idées et envoie même certains de ses ouvrages jusqu'en Australie, en Belgique ou au Canada ! Avec son épouse et son fils Laurent, ils ont formé une association type 1901 (à but non lucratif) dont le seul but est d'au moins payer, par les ventes, les matières premières nécessaires. Chaque objet est unique et mérite son prix. En voyant tous ses paniers et corbeilles suspendus un peu partout dans le garage, ou posés dans la maison, on voyage dans ses souvenirs ou on feuillette ses carnets de voyage : une corbeille à laine comme avait mémé, un panier à fruits si coloré qu'il pourrait venir du marché de Fort-de-France, une guirlande de petits paniers où l'on pourrait cacher ses trèsors d'enfant ...

Si un meuble en rotin vous fait envie et que vous ameniez vos mesures à Joseph, il pourra fabriquer sur mesure une huche à pain ou encore une lingère. Bref, tout est possible !

Alors, si vous voulez prendre une bonne leçon de choses à l'ancienne, allez à la rencontre de cet artisan vannier qui saura vous faire partager l'amour de la matière et du travail fait main !

16:16 Publié dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : artisanat |  Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.