25.08.2011

Remise en forme obligatoire après les vacances !

Le club de gymnastique féminine invite à son assemblée générale le mercrdi 14 septembre à 20 h 30, à la salle des fêtes.

La reprise des cours aura lieu le mercredi 21 septembre, à 20 h 30, à la salle des fêtes, toujours sous la houlette de Rémy. 

Vous voulez vous maintenir en forme, vous surpasser ou vous détendre ? Alors, n'hésitez plus, décrochez votre tenue et venez rejoindre le club.

Les deux premières séances sont offertes avant d'adhérer officiellement au club. Il vous faudra un certificat médical d'aptitude et un chèque. Les inscriptions seront closes au 5 octobre.

14:50 Publié dans association | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |

Le petit pont vieillit

L'accès au village se fait depuis qeulques jours en suivant une déviation suite à des travaux de forage et une étude géologique pour, à terme, renforcer le petit pont d'entrée du village qui donne de sérieux signes de fatigue.

001.JPG

L'entreprise Fondasol a donc réalisé les études demandées par la municipalité afin que celle-ci prenne les bonnes décisions pour la suite à donner.

La circulation a, depuis la parution dans le journal de cet article, repris normalement dans les deux sens.

12.08.2011

L'abbé Barthès a baptisé Clémence

C'est en présence de sa famille, de ses parrain et marraine et de ses heureux parents que Clémence a été baptisée dans la petite église du village, le dimanche 7 août, par l'abbé Barthès.

L'héroïne du jour s'est conduite comme une grande, du haut de ses deux ans, et ce pour la plus grande fierté de Florence et Christophe, de Sylvain et Patricia, et de son grand frère Lucas.

006.JPG

Al'issue de la courte cérémonie, tous ont sacrifié à la photo de groupe, comme pour bien marquer ce grand moment de foi, avec une pensée pour mamie Anna.

06.08.2011

On fait de grandes Choses avec un grand "C" ...

 C'est donc une grande Chaîne du Coeur qui a été lancée il y a une quinzaine de jours sur un réseau social bien connu. Dès les premiers jours, ce sont plus de 10.000 personnes qui ont adhéré à l'opération "réalisons le rêve de Caitlin"... Cette petite fille de 11 ans habite dans le Loiret et est atteinte de la mucovicidose, maladie des poumons. Bien qu'elle l'ait déjà vu en concert, elle n'avait jamais approché son idole de près et c'était donc là son rêve, rencontrer pour de vrai Christophe Maé ... Et c'est donc à Cazilhac, chez l'habitant, qu'est arrivée la famille Gauriault, dès le jeudi 28 juillet à midi. La production du Chanteur a permis à Caitlin d'assister à la répétition de l'après-midi et au concert du soir. Elle a pu ainsi suivre de bout en bout les préparatifs du Concert.

198774_262993880383800_100000195700196_1271511_5722351_n.jpg

De nombreuses photos à deux sont venues enrichir le livre des souvenirs de la jeune fille. Après un Concert, riche en émotions, et une courte nuit, la journée de vendredi a vu un petit groupe échappé des 10.000 participer à un Cassoulet excellent, chez l'habitant encore une fois, près de Castelnaudary. Tous sont repartis avec une grande cassole dédidacée par tous et une cassolette dédicacée par Caitlin. Le vendredi soir, tous les Copains étaient de retour à Cazilhac pour une pasta-party. Le samedi matin, il a bien fallu penser au départ. Caitlin s'est échappée vers Agde pour deux semaines de vacances tandis que Stéphane et Olivia remontaient dans le Loiret.

Une fois le rêve réalisé, rien ne s'arrête mais  tout Continue car, pour le moment, l'administration n'a pas accepté de chiffrer le taux d'invalidité de Caitlin au-delà des 80 % nécessaires pour avoir des droits : stationnement de proximité entre autres ... Pour le moment, elle bénéficie de 79,99 % d'invalidité mais qui ne lui ouvre aucun droit. Une pétition publique Court donc sur internet. Il n'y a aucun appel aux dons, juste un soutien pour cette famille qui, comme tant d'autres, se bat au quotidien pour apporter du bonheur à son enfant envers et contre tout, même la maladie.

Vous pouvez aller sur le site "réalisons le rêve de Caitlin" et vous y trouverez le lien qui vous permettra de signer sur le net la pétition publique. Caitlin a besoin de vous tous. Déjà plus de 10.000 personnes, pourquoi pas vous ?

Mais qui sont les demoiselles de Cazilhac ?

A l'heure où le clocher se fait de nouveau entendre dans le village, l'occasion est donnée de mieux connaître ce patrimoine. Après recherche et avec l'aide de Georges Gardies, voilà ce qu'on peut retenir de l'histoire de l'église du village.

Sa construction date du XII° siècle, sous le vocable de Saint-Hilaire de Poitiers, premier évêque attesté de Poitiers au milieu du IV° siècle.

La cloche n°1 est d'un diamètre de 0,60 m pour une hauteur de 0,58 m. Elle pèse 145 kg et la note majeure est un Mi 4. Elle a été baptisée en 'lan de J.-C 1834 avec pour marraine, Mme Roland du Roquan et pour parrain, Jean Philibert Maragon. Comme beaucoup de cloches de l'époque, elle a été réalisée à la fonderie Viguier à Toulouse. Il y a une inscription : "la gloire et l'honneur, venez ofrir au seigneur". Elle est décorée d'une vierte, d'un christ et de deux anges sur la robe.

002.JPG

La cloche n°2 est plus modeste aec un diamètre de 0,345 m, une hauteur de 0,39 m, pour un poids de 30 kg seulement. Elle est en note Ré 5. Pas de mention dans l'historique de ses parrain et marraine. Elle date de 'lan 1808. Pour les historiens, elle est dûe également à la fonderie de Viguier mais rien ne l'atteste. On peut lire comme inscription : "Sit Nomen Domini Benedictum". L'unique décoration consiste en une croix latine sur la robe et il s'agit d'une sonnerie au tintement électrique.

A la révolution, il n'y a pas de cloche recensée. On sait seulement qu'entre le 7 et le 18 mai 1793, une cloche a été déposée pour être convertie en canon pour l'armée des Pyrénées de Toulouse.

Depuis, plus aucune trace des demoiselles de Cazilhac mais l'église et le clocher sont toujours là, témoins d'un patrimone régional important et quoi qu'il en soit , une demoiselle est bien présente et égrenne les heures du temps qui passe !

Un monteur campaniste s'occupe du clocher

Depuis quelques mois, le village ne résonnait plus du "doux" bruit des cloches qui sonnent et les offices, heureux ou malheureux, avaient perdu leurs sonneries et aussi un peu de leur âme. La mise en conformité électrique du clocher a donc été confiée à une entreprise de Trémentines (49).

Vincent, monteur campaniste, doit se faufiler le long d'un escalier étroit puis accéder à un couloir pas moins étroit et enfin pouvoir intervenir sur les deux cloches. Il doit procéder au changement du moteur électrtotintement de la cloche 1 et du coffret électrique. Cette entreprise est spécialiste de l'horlogerie d'édifices depuis plus d'un sicèle et respecte les règles de l'art campanaire.

Depuis longtemps, la plupart des clochers sont électrifiés. A l'intérieur d'un clocher, on trouve une centrale de commande permettant la programmation des offices, Angélus, des sonneries d'heure et la commande des cadrans. Une armoire électrique de sécurité et raccordement des moteurs de sonneries, des moteurs de volée électroniques assurant la mise en volée des cloches avec contrôle précis du balancement.

Ding, donb, belles demoiselles !

001.JPG