19.11.2013

L'ancien adjoint aux finances dénonce l'endettement

Bien qu'il ne soit en aucune façon candidat, Christian HATZ , ce médecin de 61 ans bien connu des Cazilhacois, a tenu à apporter, en tant que conseiller avisé et expérimenté, des explications éclairées sur la gestion communale de ces dernières années.

Ancien adjoint aux finances de 2001 à 2008 lors du premier mandat de Jean Luc Sarrail, il avoue « être déçu par la gestion actuellement pratiquée » sur le plan budgétaire tout au long du deuxième mandat du maire. Le premier mandat avait pourtant permis de retrouver des finances saines pour Cazilhac.

Revenant sur le programme électoral de 2008, Christian HATZ estime qu'il y a eu une très mauvaise prise en compte de la crise en cours et de ses conséquences, voire un aveuglement, ce qui a entraîné de fait des soucis financiers pour la commune. Des projets auraient du être différés, voire mieux maitrisés comme la construction de la salle polyvalente qui s’avère, qui plus est, inadaptée aux moyens et aux besoins de la commune. La construction de la résidence pour les personnes âgées aurait du rester prioritaire.

DSCF1078.JPG

En tant qu'ancien adjoint aux finances, Mr HATZ a du mal à comprendre comment une municipalité peut emprunter 500.000 euros à 4 % (alors qu’un particulier emprunte à moins de 3%) , procéder aux remboursements des emprunts obligatoires et au financement d’autres projets et envisager un endettement de 17,24 € par habitant en 2016 comme l’a récemment déclaré le maire . A l’été 2013, l'endettement par habitant était de 1604 euros, sans compter une avance de trésorerie de 770.000 euros. Il constate tristement que Cazilhac, avec un endettement qui a triplé en cinq ans, est revenu au niveau de 2001. Il avoue aussi « avoir l'impression d'avoir donné sept ans à la commune pour rien ».

Christian HATZ se dit aussi inquiet d’une augmentation des impôts à laquelle pourrait procéder l’équipe en place, si elle remportait à nouveau les élections. Cela ne résoudrait rien. Pour lui, la solution est ailleurs. Avec une gestion saine, rigoureuse et en toute transparence, l'endettement pourrait diminuer et être ramené à un niveau raisonnable Les chiffres parlent d'eux-mêmes.

Cazilhac va mal, mais peut se relever avec une nouvelle équipe aux commandes.

La liste « Union pour l’Avenir de Cazilhac » conduite par Henri PONCET a selon lui les compétences nécessaires et des projets innovants pour redresser la situation !

Les commentaires sont fermés.