26.11.2010

Devoir de mémoire et tradition

037.JPG

En ce 11 novembre, 92 ans après, le devoir de mémoire perdure et la cérémonie de dépôt de gerbe au monument aux Morts a été respectée en présence d'une délégation du 3°RPIMa, des élus, des enfants des écoles et des citoyens.

M. Sarrail, maire, a prononcé quelques mots pour rappeler à tous la dette envers ceux qui ont donné leur vie pour la France.

Au village, quatre soldats sont tombés au champ d'honneur : Paul Bastié, Célestin Bézard, Imbert Bernard et Louis Tournié durant cette terrible guerre mais d'autres en sont revenus, comme le soldat François Vidal, né le 17 janvier 1882 à Villeneuve-les-Montréal et devient citoyen cazilhacois dès 1911. Mobilisé le 1er août 1914, il arrive au corps le 11 août et part en détachemetn dès le 30 août 1914 avec le 8° régiment colonial. Puis, il passe au 22° colonial, le 30 mars 1916. Plusieurs blessures viennent ponctuer le parcours de ce valeureux combattant. Néanmoins, il en réchappe et peut rejoindre son cher village et sa famille. Il se voit remettre la médaille de la victoire commémorative de la Grande guerre.

Pour tous, le destin n'a pas été aussi clément. Néanmoins, sur le village, il est possible que, dans beaucoup d'autres familles, des soldats aient été moiblisés et soient eux aussi revenus. Si tel était le cas, peut-être serait-ce une bonne chose que de collecteur leurs histoires et de faire passer ces témoignages aux plus jeunes pour illustrer, pourquoi pas, un prochain 11 Novembre. Pour ce faire, n'hésitez à contacter votre correspondante qui exploitera avec respect toutes informations et documents que vous voudrez bien lui transmettre.

11:27 Publié dans Traditions | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : 11 novembre |  Facebook | | |

16.11.2009

Cérémonie intergénérationnelle pour les Cazilhacois

Autour du monument aux morts, des plus jeunes aux plus anciens, tous se sont réunis au titre du devoir de mémoire que tous tiennent à perpétuer.

Après une brève allocution de Denis Lozano, premier adjoint, c'est Inès Richard, maire du conseil municipal des enfants, qui a pris la parole et a prononcé un petit discours plein de fraîcheur mais très réaliste : « Pour moi, le 11 novembre, c'est un jour où on ne travaille pas ... Il n'y a pas d'école, les magasins sont normalement fermés, papa et maman sont à la maison ; un peu comme des vacances, comme à Pâques ou à Noël. Mais mon papa me dit qu'il y a des jours particuliers. Il y a des jours pour la fête, des jours pour les cadeaux, pour le soleil, etc ... et il y a des jours pour se souvenir.

003.JPG

En 1918, mes grands-mères n'étaient pas nées et pourtant, il faut savoir ... Au collège, on apprend l'anglais, l'espagnol, l'allemand ... sans s'entretuer ! C'est de plus en plus pour se souvenir. Alors, ce matin, je dis merci à toutes les personnes présentes, aux militaires, aux enfants, aux habitants qui se souviennent et qui pensent avec moi aux enfants de 1918. Il y a 91 ans, peut-être qu'un enfant de l'école de Cazilhac espérait qu'on pense à lui en 2009 ! » Inès et Anaëlle ont ensuite déposé une gerbe au pied du monument aux morts.

Tout s'est terminé autour du verre du souvenir.

11:01 Publié dans Vie quotidienne | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : 11 novembre |  Facebook | | |