01.05.2010

Des naissances au Harris-club audois

Créée depuis bientôt un an,  la volière d'élevage du Harris club audois vient d'accueillir ses deux premières naissances il y a maintenant quatre jours.

Les deux bébés buses de Harris quitteront leur nid dans 40 à 45 jours, après avoir été protégés et surveillés par leurs deux parents durant cette même période. Impossible à prendre en photo pour le moment, par respect poru leur tranqjuillité et celle de la maman, toujour inquiète et protectrice, il vous faudra attendre un peu pour les voir.

Le travail d'adaptation à l'homme se fera dès leur premier vol et ils seront à l'affaitage après 90 à 120 jours.

Mais le Harris-club audois a aussi gtrès bien travaillé sur le terrain car un jardin médiéval avec son Herbularius est en train de voir le jour. C'est un jardin de simples plantes médicinales traditionnellement utilisées pour le soin des oiseaux, le tout sous la houlette de Ludovic.

Un forgeron médiéval fera très bientôt partie du décor et participera à l'animation pédagogique du site.

 

001.JPG

Un des musiciens du groupe Oc a rejoint lui aussi l'équipe et vient jouer de la "boudègue", la plus grande cornemuse d'Europe. De par sa résonance, si vous tendez l'oreille, vous l'entendrez jusque dans la vallée.

 

Deux volières supplémentaires sont également venues compléter l'accueil déjà en place des rapaces.

Ce dimanche symbolise la reprise des stages et la naissance des petits, la continuité du travail de toute une équipe.

De plus en plus de monde participe aux stages organisés et la reconnaissance du monde fauconnier est là.

Ce projet pédagogique est en bonne voie de concrétisation et l'accueil du public se fait dans de bonnes conditions.

Laissez donc vos pas vous guider jusqu'au Harris club audois, vous n'y aurez que du plaisir.

13:46 Publié dans association | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : fauconnerie |  Facebook | | |

26.05.2009

Le Harris-club audois s'installe sur la commune

Quelques retraités, des passionnés, un projet commun et une école de fauconnerie est née à Cazilhac, à l'initiative d'Hervé Julien qui, ayant ramassé un rapace blessé il y a quinze ans, s'est découvert une véritable passion pour la fauconnerie.

C'est donc sur les hauteurs cazilhacoises, sur le CD 304 en direction de Cavanac, que s'est installé cette petite équipe pour créer, d'ici deux à trois ans, une volerie associative pédagogique, sur deux hectares de totale nature, avec un panorama époustouflant à 360 degrés. Pour le moment, beaucoup de défrichage et de déboisement occupent les membres, mais déjà les contours de ce beau projet se dessinent aux yeux des visiteurs. On imagine le futur parcours de l'arboretum, on voit déjà la yourte mongole, on se repère sur la table d'orientation, on devine des bruits dans les volières de reproduction, bref on sent la vie.

Tous les mois, Christian, formateur professionnel, conseiller technique et animateur du club, reçoit des stagiaires venus de partout pour dispenser une formation de fauconnier, tant d'agrément que professionnel, puisqu'on retrouve les rapaces dans l'aéronautique, l'industrie, l'agroalimentaire, le milieu urbain et dans l'agriculture bio. Autant dire qu'ils sont présents partout, même si on ne les voit pas. A terme, la pission principale est de descendre le taux de nuisibilité et de réguler les espèces.

009.JPGOn trouve sur ce site les buses de Harris (d'origine mexicaine), le grand duc d'Europe, la buse à queue rousse (dite de Jamaïque), l'aigle des steppes, l'autour des palombes, les faucons sacre de Jérusalem, etc .

Cette école, unique en France sous système associatif, a pour but aussi d'arriver à ce que les rapaces présents se reproduisent. Il leur a été construit, à cette intention, sur les hauteurs du terrain, deux volières respectueuses de l'environnement, puisque toutes en bois, bien à l'écart, orientées plein soleil, pour que toutes les conditions favorisent le succès de cette entreprise. Pour cet après-midi ouvert au public, le seul bébé avait fait le voyage de Genève à Cazilhac. Agé de cinq semaines, né le 1er avril (mais ce n'est pas un poisson), ce petit hibou grand duc est en phase d'imprégnation et de socialisation.

Cette école de fauconnerie est, il faut le souligner, unique en France et s'autofinance par les stages et beaucoup de bonne volonté de la part de tous. Soulignons aussi que ces "dresseurs" ont participé avec leurs rapaces au tournage de certains films bien connus du public.

Chez les Julien, la relève est assurée : depuis l'âge de quatre ans et du haut de ses 10 ans, Cloé est active aux côtés de son papy et apprend chaque jour les gestes essentiels du fauconnier.

Souhaitons à cette petite équipe de passionnés de mener à terme leur projet, au fil du temps et dans le total respect des rapaces et de la nature et félicitons-les pour cette belle initiative.

Pour tous renseignements : fauconnerie médiévale avec les rapaces et fauconniers du HCA : 04 68 79 63 55 - http://harris-club-audois.org

http://fauconnerie.net - hca@fauconnerie.net

15:01 Publié dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : fauconnerie |  Facebook | | |