23.06.2009

Le stade de foot baptisé Jean Manzanares

«C'est un plaisir rare dans la vie d'un maire que de donner un nom à un stade municipal de football ...», voilà les premiers mots du maire, Jean-Luc Sarrail, en préambule à une petite cérémonie, toute simple et empreinte de pudeur, pour baptiser du nom de Jean Manzanares, le stade municipal de football.

Ce fut ensuite José, son fils, très ému, qui prenait, à son tour, la parole pour parler de son père, exemple de pudeur et de sincérité, à qui le football avait redonné une seconde jeunesse, d'abord volée par la guerre. Il a également souligné l'existence et la présence de l'équipe féminine, dont Jean rêvait depuis 1984.

Puis vinrent les paroles de M. Vanacker, président du club de la gendarmerie de l'Aude, qui a rendu hommage à l'homme avec un grand "H" que tout le monde aimait et respectait et pour rappeler que Jean avait intégré en septembre 1989, l'équipe de football du club sportif de la gendarmerie du Languedoc-Roussillon, section de Carcassonne, où évolue son fils José. Il rappelle que Jean était présent tant aux entraînements qu'aux matches et qu'il n'aurait raté pour rien au monde les fameuses 3e mi-temps où il prend du plaisir à raconter aux plus jeunes ses prouesses footballistiques.

018.JPGMais retraçons en quelques lignes l'essentiel du parcours sportif de cet homme pour mieux comprendre pourquoi, à travers le nouveau nom du stade, il continuera de transmettre des valeurs auxquelles il a toujours été attaché.

De 1976 à 1991, Jean s'est occupé de l'école de football, toutes catégories confondues, des débutants jusqu'aux seniors. Il fonde en 1976 la première équipe seniors qui n'avait pas de stade à l'époque et qui jouait à l'Estagnère.

En 1982, on le trouve vice-président, aux côtés de François Rosala, pour soutenir et encourager l'équipe cadets, qui ramène le titre de champion de l'Aude, le premier titre du club.

Sous l'impulsion de Georges Favre, il fait partie de l'équipe qui encadre la toute première école de football de Carcassonne.

En 1983, il crée avec Guy Salort la première école de football de Cazilhac et il s'en occupe assidûment tous les mercredis après-midi. En 1988, il est présent aux côtés de l'équipe fanion pour l'accession à la division supérieure.

Il a conduit fièrement le 9 juin 1990 son équipe poussin en finale du championnat de l'Aude avec son petit-fils, Xavier Munoz, capitaine de l'équipe mais ils échouèrent d'un tout petit but contre la formation de Caux-et-Sauzens. En mai 1990, à Argelès-sur-mer, aux côtés de Michel Mezy, entraîneur du Montpellier Football Club, il reçoit la médaille d'argent des hautes instances du football pour services rendus à la cause du football. Il savoure plus tard la montée de l'équipe une en promotion de 1ère division.

Le 22 juin 1991, il reçoit de la prt de son club le trophée du dévouement et de fidélité, pour ses quinze ans passés au club de Cazilhac. Toujours en juin, au premier tournoi de football de Montpellier, avec tous ses collègues et son fils José, ils ramènent la première coupe de champions. En 1992, il remet ça à Limoux et il ramène la coupe et le trophée des champions.

Le 1o septembre 1992, inscrit dans le bulletin officiel de la jeunesse et des sports, il reçoit les félicitations du ministère de la Jeunesse et des Sports.

En 1996, il est récompensé par l'équipe tout entière de la gendarmerie qui lui remet le trophée du meilleur supporter.

013.JPGAu sein du FC Cazilhac, il est tour à tour vice-président, dirigeant, arbitre, juge de touche, entraîneur et soigneur. On le voit partout, présent à tous les matches, qu'ils soient à domicile ou à l'extérieur, avec sa bouteille d'eau, sa pharmacie et ses fameux bonbons réglisse.

Chez les Manzanares, la relève footballistique de Papy Jean est assurée en la personne de Morgan, 16 ans, intégré dans l'équipe senior en février 2009 après s'être consacré à l'arbitrage en 2007. Il représentera fièrement et officiellement auprès des instances fédérales l'arbitre officiel du FC Cazilhac.

Le 21 juillet 2007, Jean Manzanares laisse ses crampons au vestiaire et précède en éclaireur tous les "footeux" qui le rejoindront un jour. Tous ceux qui l'ont bien connu savent que là-haut, pharmacie, sifflet, cartons et bonbons sont déjà prêts !

Avec ce nom de "Stade municipal Jean Manzanares", José peut mettre le mot "fin" au bas de la dernière page du grand livre d'humanité que son papa a sportivement laissé en héritage aux siens et à tous.